Création d’un coin musique en classe maternelle inspiré par la pédagogie Reggio Emilia.

En maternelle, la musique est quelque chose de très important. En effet, elle est utilisée le matin lors du rituel mais également lors des moments collectifs, des moments de transition, etc. Ici, j’ai eu la chance de pouvoir tester un dispositif inspiré par la pédagogie Reggio Emilia. En partant d’éléments de récupération, nous avons créé notre propre coin musique. Je vais alors partager avec vous ce projet que j’ai réalisé avec mes anciens élèves dans un degré d’accueil.

Tout d’abord, pourquoi un coin musique?

Souvent, la classe maternelle est disposée en différents espaces. Il y a un espace lecture, un lieu où on se rassemble, etc. Ici, la classe manquait d’un coin où les élèves pouvaient utiliser leurs sens, se recentrer sur eux-même et devenir un peu plus autonomes grâce à la musique.

Aussi, l’éveil musical permet plusieurs avantages :

  • Une meilleure concentration,
  • Stimule les émotions,
  • Développe la pensée critique et créative,
  • Favorise l’imagination,
  • Développe l’autonomie,
  • Permet la coopération.

Comment avons-nous procédé?

Un peu de lecture.

Tout d’abord, nous sommes partis de l’album « Le piano des bois » de Kazuo Iwamura édité par l’Ecole des loisirs.

En voici le résumé : Yuki qui se baladait dans le bois trouve un tronc d’arbre coupé. Celle-ci commence à jouer sur celui-ci comme si elle jouait du piano. Pendant ce temps, les animaux de la forêt l’observent. Puis s’en vont. Ils reviennent ensuite avec chacun un élément de la forêt et font comme s’ils jouaient d’un instrument de musique.

Les éléments à relever autour de l’album:

La première page du livre permet l’anticipation. Le titre nous laisse imaginer que l’histoire nous présente un piano. Mais on n’y voit rien que ça soit sur la première de couverture ou sur la première page. On voit uniquement une petite fille et un tronc d’arbre coupé. Que va-t-elle faire ? Ceci permet l’émission d’hypothèses avant la lecture.

Les instruments présentés proviennent chacun d’une famille différente.

Il y a :

  • le piano qui est un instrument à touches,
  • le violoncelle qui est un instrument à corde,
  • le trombone de l’écureuil qui correspond à la famille des instruments à vent,
  • enfin, le tambour qui provient des percussions ainsi que l’objet apporté par le lapin  faisant penser à un xylophone.

Le vocabulaire utilisé permet de se familiariser avec le vocabulaire de la musique.

L’album permet également de laisser place à l’imagination. Aussi, la petite fille « joue » une chanson qui parle aux enfants : « Au clair de la lune ». Durant la lecture, j’ai d’ailleurs diffusé l’instrumentale de la chanson. Les enfants étaient davantage dans le récit!

Enfin, les illustrations permettent aux enfants de voir les gestes qui correspondent à chaque instrument.

Une fois l’album découvert par les enfants, nous avons donc imaginé comment créer nos propres instruments. Aussi, nous avons pris le temps de voir ensemble les différents instruments de musique qui existaient, ceux repris dans l’album y compris.

La découverte du matériel.

Un matin, les élèves sont arrivés en classe et ont découvert les différents matériaux de récupération.

Ici, j’avais choisi de mettre à disposition dans un panier de la classe:

  • Des assiettes en métal,
  • Des baguettes en bois,
  • Des tubes en carton rigide et de différentes tailles.
  • Des grands coquillages,

Avec ceux-ci, les élèves se sont mis spontanément à trouver des moyens d’expression musicale. « Nous faisons comme les animaux dans l’histoire! ». Certains frappaient les éléments entre eux, d’autres les frottaient, les secouaient, etc.

Un peu de vocabulaire…

Après avoir laissé les élèves y jouer durant plusieurs matinées, nous avons repris tous les éléments utilisés et évoqué les techniques choisies par chacun. C’est à ce moment-là que l’on peut évoquer le vocabulaire des gestes:

  • Frotter,
  • Frapper,
  • Secouer,
  • Souffler.

Les différentes familles d’instruments.

L’exercice de langage évoqué au point précédant permet alors d’expliquer aux élèves qu’il existe différentes familles d’instruments.

Aussi, nous avons comparé les instruments « improvisés » des élèves avec les instruments sous leur forme habituelle. Les élèves ont ainsi pu remarquer des ressemblances entre certains donc la façon de reproduire un son. Ils ont donc classer les objets en fonction du mode de production sonore. Ici, étant en accueil, nous avons réalisé deux groupes:

  • Les objets que l’on frappe,
  • Les objets dans lesquels on souffle.

On peut réaliser d’autres classements pour les degrés plus élevés afin de relever par exemples:

  • Les instruments que l’on secoue,
  • Les instruments que l’on frotte entre eux,
  • Les instruments que l’on percute,
  • Les instruments à corde.

Les instruments à vents.

Les enfants n’ayant pas encore acquis les compétences en lien avec le souffle et le vent, nous avons fait une parenthèse afin de s’entraîner à souffler, découvrir ce qu’est le vent, le souffle et de prendre conscience de l’air.

Attention, il faut permettre aux enfants de se rendre compte de ce qu’est l’air, qu’ils peuvent exercer une force, souffler.

La première étape fut de souffler sur son doigt afin de permettre à l’enfant de ressentir l’air qu’il expire sur sa peau. Afin de rendre cela encore plus concret, on peut ajouter l’utilisation d’une feuille de papier de soie et demander à l’enfant de souffler dessus. Ensuite, les enfants ont utilisé une paille et un pompon afin de diriger et centrer leur souffle sur un même point d’arrivée.

Souffler sur un élément léger permet à l’enfant de voir les effets du souffle. De plus, plus on souffle fort, plus l’objet sur lequel on souffle ira loin.

Ici, l’observation se base sur 2 sens : la vue et le toucher. En effet, lorsque l’enfant soufflera sur son doigt, il ressentira les effets de l’air qu’il expire. Ensuite, il observera par la vue le déplacement du pompon suite à l’exercice du souffle avec une paille.

Ces expérimentations rendront le souffle, l’air et le vent plus concrets pour l’enfant et permettront ainsi de mieux comprendre les instruments à vents.

Et après?

La semaine suivante, un nouveau coin était présent dans la classe. J’ai pris une planche de MDF et disposé les instruments « improvisés » des élèves en les accrochant au panneau. D’autres éléments étaient disposés dans une pochette en tissu fixée au support. Les élèves ont ainsi pu redécouvrir celui-ci différemment. Voici le résultat:

Le coin musique fut exploité par les enfants chaque matin durant le temps d’accueil. Il permettait à quelques-uns de découvrir et explorer les sons, tandis que d’autre s’y rendaient pour se recentrer, gérer ses émotions, etc.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :